Imprimer
/ Essai

Tornade numérique, une suite pour le Défi Info-Neige

Tornade numérique, une suite pour le Défi Info-Neige

Pour une dernière fois, je vais en appeler au Défi Info-Neige et ce faisant, je vais également rebondir sur le billet de Steven Lachance en proposant une idée pour améliorer les interactions entre villes et startup – et je vais vous inviter à voter pour un projet!

 

***

 

Montréal, Boston et Philadelphie

 

En guise d’introduction, il est intéressant de noter qu’en même temps que le Défi Info-Neige, la ville de Boston réalisait un exercice similaire sur la question des permis d’affaires… qui, paraît-il, prennent des mois à obtenir dans la ville des Bruins. Et là-bas comme ici, force est de constater que les idées sont nombreuses mais qu’il semble manquer une étincelle pour faire décoller les idées issues de ce genre d’événement. Les gouvernements locaux essaient bien entendu de porter ces idées à bout de bras  soulignons leurs efforts  mais cela semble insuffisant.

 

À Philadelphie, la municipalité s’est alliée avec l’Université de Wharton et au fond d’investissement Good Company pour mettre sur pied FastFWD, une usine à innovation urbaine. L’idée : choisir des problématiques locales, inviter les innovateurs civiques et les mettre en contact avec des experts, du mentorat et du financement pour arriver à des produits ou des services achevés et en mesure de régler des problématiques civiques.

 

Une innovation particulière

 

Avant d’aller plus loin, il faut admettre que l’innovation sociale, et particulièrement celle qui s’adresse aux problèmes essentiellement civiques, est une bête à part. Lorsqu’on lance une entreprise, on peut se permettre d’ignorer les besoins d’une partie de la population, tant qu’on trouve sa niche. On peut même se permettre de fermer les yeux sont les effets pervers qu’on entraîne pour peu que l’argent continue à rentrer. C’est vrai pour les entreprises privées comme pour la majorité des entreprises dites sociales. Évidemment, une telle concentration n’est plus possible quand on cherche à résoudre des problèmes sociaux d’ampleur, comme ceux qui relèvent d’une Ville ou d’un État. L’appui de personnes d’expérience dans le domaine, notamment venant des gouvernements, devient incontournable si l’on souhaite avoir un portrait complet de la situation… pour ensuite proposer de nouvelles idées.

 

C’est fort de ces constats et du succès de FastFWD que, dans le cadre de je vois mtl, nous proposons Tornade Numérique, un projet visant à mélanger différents acteurs de l’innovation sociale à Montréal pour en venir à des projets numériques novateurs, utiles et à vocation civique.

 

L’idée est proche de FastFWD mais tire profit de certaines particularités de Montréal et notamment de son fort tissu social. Tout comme dans la ville de Rocky, l’idée est sélectionner certaines problématiques spécifiques et de mettre autour de la table des experts (dont ceux de la Ville), des entrepreneurs, des mentors et du support financier pour définir des projets répondant à des enjeux sur lesquels la Ville seule n’a pas les moyens (légaux, financiers, etc.) de changer les choses.

 

La spécificité est de ne pas se limiter aux startups. Le modèle startup peut également fonctionner, mais Montréal dispose d’un bassin économique fort et notamment un dynamisme évident en matière d’économie sociale et solidaire. Une quantité croissante de capitaux sont disponibles sous forme d’impact investment (5 milliards au Canada l’année dernière) pour financer des projets et des entreprises ne promettant pas des taux de croissance à deux chiffres mais visant à améliorer la société.

 

La voie est tracée

 

Le but n’est pas de remplacer des organisations existantes comme les accélérateurs, mais plutôt de préparer une voie, d’établir des jalons à partir de problématiques établies, d'aller chercher les données pertinentes et de bénéficier d’un soutien logistique, humain et financier pour en arriver à des projets significatifs pour Montréal.

 

Le Défi Info-Neige en plus de montrer la détermination de la Ville de Montréal à régler ses problèmes, a aussi permis de tester en version beta ce principe: dans un premier temps différents acteurs (citoyens, employés entrepreneurs, etc.) se rencontrent pour discuter des problèmes, identifier des besoins. Ensuite les innovateurs se saisissent de l’ensemble des discussions proposer des solutions. Il était par ailleurs très satisfaisant de voir les innovateurs en question prôner le partage et la collaboration, une dimension incontournable pour résoudre les problèmes urbains.

 

Si vous trouvez également que cette approche mixant entrepreneurs, gouvernements et besoins de citoyens est souhaitable, je vous invite à supporter ce projet développé par Nord Ouvert et f. & co. Pour faire de Montréal une ville plus agréable, plus dynamique, plus belle, et plus intelligente.

 

 

Cliquez et soutenez le projet 


Image: Phototraces

comments powered by Disqus